La charte des collections détermine et rend publics les grands principes de la politique documentaire des médiathèques de Plaine Commune

Objet de la charte des collections

Elle a été élaborée pour répondre aux missions des médiathèques de Plaine Commune qui sont définies dans la charte de la lecture publique de Plaine Commune, adoptée par le Conseil Communautaire le 16 décembre 2004.

Une offre en réseau, pour répondre aux différents usages

Les collections des médiathèques de Plaine Commune doivent proposer, à tous les publics, des collections à tendance encyclopédique (mais non exhaustives), sur différents supports, afin de répondre aux usages suivants :

  • Culture, citoyenneté, détente et loisirs
  • Recherches d’information et documentation pratique
  • Éducation et formation (initiale et permanente), autoformation et apprentissages.

Les publics ont accès à ces collections dans les différents équipements du réseau (22 médiathèques et 3 bibliobus en date du 1-1-2007) soit pour une consultation sur place, soit pour un emprunt à domicile s’ils sont en possession de la carte d’usager, gratuite et unique pour l’ensemble du réseau. Ils peuvent avoir connaissance des documents qui constituent les collections et de leur localisation grâce au catalogue commun informatisé, consultable au sein des médiathèques ou par Internet.

L’ensemble des documents recensés par le catalogue constituent une offre documentaire globale, les collections variant d’un lieu à un autre du réseau, en fonction entre autres de la taille de l’équipement et de ses missions.
On peut distinguer trois types d’équipements, complémentaires les uns des autres :

  • des médiathèques à rayonnement large, qui ont vocation à desservir aussi bien le public du quartier dans lequel elles sont implantées qu’un public plus large, et qui posséderont donc les collections les plus diversifiées et les plus importantes en termes quantitatifs ;
  • des médiathèques de proximité, qui ont vocation à desservir des quartiers éloignés des grandes médiathèques, et en particulier les publics tels que les enfants et autres publics dits « empêchés », comme par exemple les personnes âgées ;
  • des médiathèques relais, des bibliobus et autres lieux partenaires de petite taille, avec des missions ciblées (ex : desserte de salariés d’entreprise…).

Ces trois types d’équipements sont articulés autour du « service mutualisé des médiathèques » (ouverture prévue pour 2009). Celui-ci comprendra entre autres la réserve commune de documents, qui rassemblera les documents écartés du libre accès dans les différentes médiathèques du réseau, ainsi que les fonds mutualisés destinés à tourner dans les médiathèques du réseau ou les lieux partenaires.

Le public aura accès aux documents de la réserve commune en en faisant la demande depuis la médiathèque de son choix, où les documents seront ensuite acheminés pour un emprunt à domicile éventuel. Des modalités spécifiques seront mises en place pour les prêts aux collectivités partenaires (par exemple : écoles du territoire, etc.).

L’ensemble de ces collections relèvent de la lecture publique, y compris celles de la réserve commune : leur vocation première est donc la communication et la diffusion, et non la conservation.
La médiathèque centrale à Saint-Denis assure la conservation et la valorisation de documents patrimoniaux (fonds issu des confiscations révolutionnaires, fonds Commune de Paris et autres fonds spécialisés), qui constituent de ce point de vue une exception au sein du réseau. Ces fonds patrimoniaux ne sont pas concernés par les principes énoncés ci-dessous ; ils feront l’objet d’une charte particulière.

Critères généraux de sélection et d’élimination des documents

Les collections des médiathèques du réseau de Plaine Commune s’inscrivent dans un double mouvement de satisfaction des besoins et attentes (explicites ou implicites) des habitants, et d’incitation à la découverte. Elles sont définies en lien avec le territoire, et avec une prise en compte de l’environnement de proximité et des partenariats locaux.

Les critères généraux de sélection et d’élimination des documents sont les suivants :

 Critères de sélection

Pluralisme

« La vocation des bibliothèques est universaliste, leurs collections sont pluralistes, elles sont un outil d’émancipation et permettent la formation et le développement de l’esprit citoyen » (extrait de la charte de la lecture publique de Plaine Commune).
Par conséquence, le choix des documents promeut le pluralisme des opinions, dans la mesure où ces dernières ne contreviennent pas à la législation en vigueur (code Pénal : loi 90-615 du 13 juillet 1990 sanctionnant les discriminations ethniques, racistes, religieuses).

Niveaux

Quel que soit l’usage ou le sujet considérés, les collections doivent comporter des documents d'initiation et de vulgarisation. Selon les lieux et en fonction des sujets, seront également proposés au public des documents permettant un approfondissement ou une étude plus poussée, sans dépasser le niveau du premier cycle universitaire (des cas particuliers pourront être précisés dans le plan de développement des collections).
En effet, il n’entre pas dans les missions des médiathèques de Plaine Commune de servir les publics de chercheurs ou de spécialistes. Les médiathèques de Plaine Commune ne sont ni des bibliothèques scolaires, ni des bibliothèques universitaires, ni des bibliothèques spécialisées à vocation didactique : elles agissent en complémentarité avec ce type d’établissements.

Supports

La documentation sera proposée sur différents supports (imprimés, audio-visuels type CD ou DVD…), en fonction de la pertinence de ceux-ci par rapport au sujet et à l’usage considérés.
Les médiathèques peuvent également mettre à disposition de leur public des ressources en ligne, que celles-ci soient libres d’accès ou nécessitent un abonnement spécifique, souscrit par l’établissement public.

Langues

Si la langue française est privilégiée dans les acquisitions, des collections spécifiques de documents en langue étrangère sont également développées.
Dans le cadre fixé ci-dessus, les choix privilégient autant que possible des documents dont le contenu informatif est avéré. L’exactitude des informations contenues dans un document est un critère prioritaire de sélection et, a fortiori, de rebut. Tout en rendant compte des débats de société, les médiathèques sont très vigilantes à l’égard de contenus intellectuels non reconnus par la communauté scientifique, ou à l’égard de documents à visée prosélyte ou sectaire.
Par ailleurs, chacun doit pouvoir trouver au sein du réseau des médiathèques ce qu’il y cherche, sous la forme d’un titre précis ou de son équivalent, mais aussi découvrir des œuvres mises en valeur par les personnels. A ce titre, le critère de qualité formelle doit être pris en compte dans les acquisitions, en particulier pour les œuvres littéraires, musicales et cinématographiques : une attention particulière est portée aux œuvres de création qui ne sont pas promues par le marché et ne bénéficient pas d’une couverture médiatique importante.

Critères d’élimination

Pour maintenir la fiabilité de l’information dispensée mais aussi le caractère attractif des collections, le renouvellement des collections passe par la mise en réserve ou par des éliminations.

L’élimination physique d’un document se fait selon un faisceau de critères :

  • état physique du document (livre déchiré, CD ou DVD détérioré…) ;
  • contenu intellectuel (obsolescence du contenu, information périmée voire erronée…) ;
  • absence de prêt et de demande du public.

 Demandes et suggestions du public ; dons

 Suggestions d’achats

Les suggestions d’achats des usagers seront examinées selon les principes de cette charte.
Une réponse sera systématiquement donnée à chaque suggestion, que celle-ci donne lieu à un achat ou non.

Dons

Les dons d'organismes ou de particuliers ne seront acceptés que s'ils correspondent aux critères de sélection définis pour les acquisitions à titre onéreux, afin de respecter la cohérence générale des collections. Seuls les documents en parfait état sont acceptés.
Les bibliothécaires se réservent le droit de transmettre les documents donnés ou légués vers d’autres établissements ou associations à but non lucratif, dont le fonds est mieux adapté.

Responsabilités, mise en œuvre de la politique documentaire et évaluation

Ces principes de constitution des collections entraînent la délégation intellectuelle aux professionnels en matière d’acquisitions et écarte par avance toute pratique de censure.

L’ensemble des collections, quels que soient les supports, est sous la responsabilité du conservateur en chef responsable du réseau des médiathèques de Plaine Commune.
La maîtrise des moyens d’acquisitions, du respect des objectifs d’encyclopédisme et de diversité est assurée par le professionnalisme des personnels et par le caractère contrôlé des procédures d’acquisitions et d’éliminations.

Ces procédures s’incarneront entre autres dans des plans de développement des collections, élaborés pour chaque ville par les équipes d’acquéreurs, sous la coordination d’un conservateur chargé de la politique documentaire assurant la cohérence au niveau du réseau.
Les plans de développement des collections projetteront sur l’année à venir (et éventuellement 3 à 5 ans) l’état souhaité des collections. Ils indiqueront les priorités à mettre en œuvre en matière de développement des collections, en quantifiant le volume d’acquisitions par domaine. Outils d’évaluation et de prospective à la fois, ils respecteront les grands principes décrits dans cette charte et amèneront, une fois mis en place, à reprendre et préciser celle-ci.