Héctor Abad Faciolince (Auteur)Albert Bensoussan (Traducteur)

Résumé

Le romancier fait le récit des derniers jours et de l'assassinat de son père, médecin et défenseur des droits de l'homme avec, en toile de fond, la Colombie des années 1980 déchirée par la violence et la guerre que se livrent les paramilitaires, l'armée, les guérilleros et le narcotrafic. Sous la forme d'une fiction, un plaidoyer contre la terreur comme instrument d'action politique.

Année de publication: 2010
Editeur:Gallimard
Nombre de pages: 1 vol. (336 p.)21 x 14 cm
Langue:Français
Univers:A02 - Romans étrangers

L'oubli que nous serons

« Il est très difficile d'essayer de synthétiser ce qu'est L'oubli que nous serons sans trahir ce livre, parce que, comme tous les chefs-d'oeuvre, il est plusieurs choses à la fois. Dire qu'il s'agit d'une mémoire déchirée sur la famille et le père de l'auteur - qui fut assassiné par un tueur - est certain, mais cela reste limité et infime, car ce livre est, aussi, une saisissante immersion dans l'enfer de la violence politique colombienne, dans la vie et l'âme de la ville de Medellín, dans les rites, les petites choses de la vie, l'intimité et la grandeur d'une famille, ainsi qu'un témoignage délicat et subtil d'amour filial, une histoire vraie transfigurée par son écriture et sa construction en une superbe fiction, et l'un des plaidoyers les plus éloquents jamais écrits contre la terreur comme instrument d'action politique. »

Mario Vargas Llosa

Héctor Abad est né à Medellín (Colombie) en 1958. Journaliste, romancier, traducteur de nombreux auteurs italiens (Gesualdo Bufalino, Italo Calvino, Leonardo Sciascia), il a fait des études de médecine (à Medellín) et de lettres modernes (à Turin). L'assassinat de son père en 1987 le contraint vivre en exil pendant plusieurs années. Son oeuvre romanesque, couronnée de nombreux prix littéraires et traduite dans plusieurs langues, est considérée comme l'une des plus importantes de la littérature colombienne contemporaine.