Didier Daeninckx (Auteur)

Résumé

Une histoire de l'école dans les colonies françaises et de l'enseignement des colonies aux élèves de métropole, à travers des documents d'époque reproduits : des manuels scolaires fournis aux colonisés, faisant l'apologie de l'oeuvre coloniale et véhiculant une vision idéalisée de la France, des cartes géographiques décrivant les possessions en les abordant sous l'angle de leurs ressources, etc. Electre 2016

Année de publication: 2015
Editeur:Hoëbeke
Nombre de pages: 1 vol. (135 p.)illustrations en noir et en couleur25 x 30 cm
Langue:Français
Univers:A43 Histoire (du Moyen-Age à nos jours) - Europe
Niveau:Tout public

Du même auteur

« Nos ancêtres les Gaulois. » C'est ainsi que débutent les cours d'histoire des écoles du Tonkin, du Dahomey ou du Soudan, à l'orée du XXe siècle. Le domaine colonial français - 11 millions de kilomètres carrés, 48 millions d'habitants - occupe alors le deuxième rang mondial.

Les écoliers d'Afrique subsaharienne, d'Asie, d'Océanie, des Antilles ou du Maghreb sont éduqués pour devenir de vrais Français. Chaque matin les cours commencent après avoir inscrit en français sur un tableau noir : « Mes enfants, aimez la France votre nouvelle patrie. » L'apprentissage de la langue est l'élément clé de la francisation. Hygiène, discipline et morale, les valeurs civilisatrices, sont inculquées sur un mode paternaliste tricoté de racisme.

Le traitement manichéen réservé à l'expansion coloniale dans les manuels scolaires reflète l'idéologie d'alors : le colonialisme envisagé comme une nécessité politique, économique et humanitaire, une oeuvre républicaine apte à établir ordre et paix. Un enseignement pour modeler aux besoins de la France une future main-d'oeuvre qu'il importe d'assimiler. En écho, les cartes de géographie détaillent les richesses économiques des « possessions » françaises et des affiches scolaires édifiantes sanctifient Savorgnan de Brazza ou Lyautey comme « pacificateurs ».

Didier Daeninckx ouvre ici le dossier des errements de la doctrine pédagogique de la France coloniale, entreprise dont les dommages collatéraux sont toujours à l'oeuvre. En s'attelant à ce volet méconnu de l'histoire, l'auteur poursuit son étude des parts d'ombre du fait colonial entamée avec Cannibale.