Iouri Bouïda (Auteur)Sophie Benech (Traducteur)

Résumé

L'autobiographie romancée d'un écrivain, de son enfance dans la région du nouveau Kaliningrad jusqu'aux bouleversements de la perestroïka, comme prétexte à dresser le portrait de la génération poststalinienne. ©Electre 2018

Année de publication: 2018
Editeur:Gallimard
Nombre de pages: 1 vol.21 x 14 cm
Langue:Français
Univers:A02 - Romans étrangers

Voleur, espion et assassin

« Dans la vie, il n'y a pas de tragédies, il y a soit de l'amour, soit le vide. Et pour comprendre la vie des autres, il faut avoir vécu la sienne. » Narrateur dans la plus belle tradition russe, intellectuel averti et fin connaisseur des vicissitudes soviétiques, Iouri Bouïda nous livre avec Voleur, espion et assassin une autobiographie d'envergure.

De son enfance d'après-guerre dans la région de Kaliningrad jusqu'aux premiers bouleversements de la perestroïka, Bouïda n'évoque jamais la violence et la désolation du quotidien sans recours au burlesque : des toilettes gelées, de l'érotisme au milieu de ruines teutoniques et des discours que plus personne n'écoute. Puisque la plupart des autres préfèrent la vodka, notre héros monte rapidement l'échelle sociale. Il devient membre du Parti communiste, rédacteur en chef d'un quotidien au fin fond de la campagne, puis chargé de la communication au comité régional du Parti. C'est l'écriture qui va le sauver, même s'il doit s'y reprendre à plusieurs fois avant de saisir ce que sa grand-mère lui disait avant sa mort : « La liberté, c'est toi. Seulement, n'oublie jamais que la prison aussi, c'est toi. »

Né après la mort de Staline, marqué par un système politique et social en déclin, Bouïda dresse le portrait d'une société aussi défaillante que débrouillarde, aussi cruelle que capable de tendresse. Voleur, espion et assassin nous parle du courage individuel, de l'intégrité malgré tout, et d'une joie de vivre indéfectible.

Iouri Bouïda est né en Russie, dans la région de Kaliningrad, en 1954. Il est l'auteur de plusieurs romans, dont Le train zéro (1998), très remarqué en France, ainsi que Yermo (2002), Potemkine ou Le troisième coeur (2012) et récemment La mouette au sang bleu (2015), tous parus aux Éditions Gallimard.